Vases Communicants de Mai 2017 - François Bonneau

Comme chaque premier vendredi du mois, les Vases communicants, une initiative de François Bon et de Jérôme Denis, animée par Marie-Noëlle Bertrand, sont l'occasion d'un échange de blogs entre amoureux des mots. Ce mois-ci, j'ai le plaisir de retrouver François Bonneau. Vous trouverez sur son blog L'irrégulier, mon texte.
Le thème du Vase Co de ce mois part de l'image ci-dessous, proposée comme point de départ. J'y ajoute une photo prise récemment (qui aura nourri aussi mon inspiration).


Jardin de Ninfa (Latium, Italie) (photo web)

Ils veulent un jardinet ?


Écrase-là donc, cette tige là.
C’est sa faute, elle dépasse ; elle envahit, oui,
Notre mètre carré, bien entouré de grillage blanc,
Immaculé. Alors ta tige, là, sous le talon, repousse la donc.


On en a un, nous, de mètre carré. Bien entouré.
Regarde ses bordures. Elles sont tiennes,  et c’est ce que tu es.
Maintenant.
J’ai dit maintenant.
Tu es la bordure.
Et ton escapade nature, s’arrêtera le dimanche soir.
J’ai dit.
Ou peut-être es-tu la mauvaise herbe ?
Et on a la liste, nous, des mauvaises herbes.
Tu étais ortie ? Tu seras donc soupe.
Tu étais chardon ? Ne rêve plus d’être ardent.
Pense chrysanthème.
Maintenant.
J’ai dit maintenant.


Nous sommes le jardinet.
Jamais les plantes ne dépasseront la hauteur
De ton
front.
Pense chrysanthème, j’ai dit.
Pourquoi n’es-tu pas demeuré graine ?
Nous sommes l’ordre.
Et la tondeuse.


Reste de paille.
Sois feuille morte.
Maintenant.
J’ai dit maintenant.


Laisse jardiner
Celle qui crache le fumier.
Basilique de Bari (Pouilles, Italie) (c) sylvie pollastri

Commentaires

Articles les plus consultés