Relax

Lentement nous avançons. Les couleurs deviennent plus fortes le jour: ce bleu dur, ce blanc aveuglant; puis s'arrondissent vers le couchant tandis que l'air, chargé de parfums, commence à devenir soyeux. Le temps nous parle d'autre chose, le cris sur la plage, de cette odeur de paille, des plis sur les tissus de lin, de pièces maintenues dans la pénombre tandis que les pieds s'attardent sur les dalles chaudes et le regard cherche à voir.
Nous avançons vers le temps des rêves.
Il est heureux de penser à une main qui en prend une autre, des lèvres qui effleurent la peau, un sourire qui s'ébauche, les heures qui passent avant le retour de la fraicheur, quand le vent souffle à nouveau depuis les collines et transporte avec lui les odeurs de résines surchauffées mêlées à celle de la terre rouge.
Tandis que les mots évoquent le presque été, je me prends à croire qu'un même rêve s'est saisi de ton coeur.

Commentaires

Articles les plus consultés