Lectures

Je viens de lire un livre et d'en commencer un autre. Les longs trajets et les soirées sans rien sont propices au feuilletage des mots tout en silence, à transformer l'ennui en heures délicieuses comme disait Montesquieu. Le premier, sorti en octobre et non encore traduit en français, est "Il silenzio dell'onda" ("Le silence de la vague") de Gianrico Carofiglio (Rizzoli). Le second, "Les solidarités mystérieuses" de Pascal Quignard (nrf Gallimard). Tous deux transmettent une immense tristesse. Je veux dire que leurs personnages, bien que tristes sinon dépressifs, apprennent, pour l'un, et vivent tout court, pour l'autre, la liberté de la vie elle-même, sans jamais perdre le contact avec les gens, justement pour retrouver l'essentiel (et dans essentiel je dirais qu'il y a "sens", "sensations") et bien planter leurs jambes toujours chancelantes, redresser leur corps, donner et continuer la route.
Ces lectures m'ont plongées dans un espace hors des hommes, sans cesser être près de celui que les mots évoquaient pour, lentement, glisser vers moi, m'asseoir dans un jardin de Rome ou parcourir la lande bretonne, entrer dans cette maison, la nettoyer ou converser avec quelqu'un si régulièrement. Ce sont des choses que je fais aussi, d'une certaine façon.
Souvent, toujours, je devenais l'héroïne/l'héros. Là non, c'est moi, là, qui pense, qui tente d'agir, qui se débat en silence, affirme sa frêle existence. Mais plus encore, je suis surprise que mes mains aient ouvert à chaque fois des romans si proches...

Commentaires

Anonyme a dit…
Sylvie
la lecture relie

si la vie
l'allaite, tu re-lis

Loof'rang
Sylvie ... a dit…
Loof,

la lecture t'aide à tricoter ta vie... ;)
Anonyme a dit…
un livre à l'endroit
un livre à l'envers

un livre à l'endroit
un livre à l'an vert

un livre allant droit
un livre allant vers...

Loof
мя. м. a dit…
lire...
j'oublie de plus en plus !

enfin non,
le temps me manque !
c'est horrible, trouve je
Sylvie ... a dit…
Dans un petit livre d'aphorismes, offert il y a un Noël de ça, j'ai trouvé cette phrase charmante de Montesquieu:
"Aimer à lire, c'est faire un échange des heures d'ennui que l'on doit avoir dans sa vie contre des heures délicieuses"

Et je me dis que la lecture a toujours été un "faire pas comme les autres", un agir, un voyager, un imaginer... rien qu'avec des mots et du silence autour ;)
Et écrire, un faire-part pas comme les autres . JF

Articles les plus consultés