Journal d'automne

Je reviens. Tu le dis aussi: je reviens bientôt.
Alors voilà, je fais le premier pas, comme souvent, parce que j'ai senti le rideau frémir alors que j'allais monter sur scène, la scène de ma vie, ou d'une autre.
C'est l'automne. Je reviens.
La nuit qui revient vite est propice à s'arrêter devant les fenêtres où brille une lumière.
Bientôt, il y aura ta présence. Je n'attends plus comme autrefois. Mais je souris et rêve un peu.

Commentaires

мя. м. a dit…
je n'attends plus comme autrefois...



c'est comme une preuve
d'une certaine sagesse...

que l'attente ne soit pas
trop longue,
murmure je
voieapia a dit…
bonjour sylvie ...

une nouvelle saison , une nouvelle mise en scène

changement de saison propice pour un petit courant d'air frais , à en faire frènir les rideaux ....

Articles les plus consultés