Salon imaginaire


Ingres - C'est vous qui avez fait ça?
Delacroix - C'est la géométrie qui nous a mis côte à côte?
I - Ah, oui, le triangle.
D - Encore que le vôtre s'applatit!
I - Comment ça? Il  impose! C'est divin!
D - Mouais, et vous reléguez les femmes aux pieds du mâle, implorantes et pâles...
I - Ben et vous? Qui mettez du poil sous les bras de LA Liberté! Vous jetez en pâture une si haute Idée à la plèbe! Où est l'envolée, le sublime qui doit transcender nos viles passions et nous donner à entendre ce que doit être gouverner! Si c'est ça la révoltion...
D - C'est du réalisme. C'est une injonction, pas seulement un élan, un acte citoyen! Et vous! vous croyez que c'est en regardant droit dans les yeux qu'on s'impose et qu'on dit la vérité? ça se voit rien qu'à vos couleurs! Quel kitch!
I - Et vous le romantique de mes deux! avec vos noirs, vos rouges, vos ors (l'or! c'est fort pour un poulbot comme vous!), vos contours fous, votre exaltation, vos vibrations (mais je reconnais qu'on entend presque le bruit des canons et les cris de la foule)...
D - Et vous l'académicien, vos potelés ourlés de noirs, histoire de nous faire croire que le dessin n'est pas plat et vos nuages en trompe l'oeil qui ne cachent d'ailleurs pas l'absence de prespective (je reconnais que, là, vous avez vachement osé)... C'est surexposé votre truc!
I - Ben votre machin est plutôt éclairé à la bougie!
D - Mais comment peut-on croire que Thétis implore Zeus? On dirait plutôt qu'elle lui fait guiliguili... c'est d'un naïf!
I - C'est la beauté sensuelle et pure du vrai et l'instantané du geste saisi sur le vif.
D - Morne statue, je dirais. Et puis vous copiez mal... il était si mal fait votre petit plâtre qui reproduisait l'original du musée de Naples?
I - Copier! copier! Et vous, là, votre liberté de profil, avec son épaule qui tombe et son bras levé! Qui croyez-vous avoir copié: Moi, bien sûr! Et comble du ridicule, moi, j'avais un modèle vivant!
D - Nous lui avons tous les deux restitué les courbes de sa hanche!
I - mmmmmm.... j'aime bien comme la vôtre se détache du panache de fumée...
D - Moi aussi...
I - On aurait presque envie d'y poser la main dessus pour sentir la soie de sa peau...
D - Vous voyez, l'académicien! je vous ai eu avec ma peinture moderne!
I - C'est parce qu'il y a déjà du moderne dans mon tableau!
D - (le prenant par le bras) ... Au fait, vous y croyez à la nudité héroïque...
I - (l'emenant vers le buffet) ... pas avant Jan Gossaert...

Commentaires

nocfish a dit…
le fait est que c'est deux magnifiques tableaux malgré qu'ils ne se ressemblent pas la comparaison est horrible.
bise et à bientôt!
Sylvie ... a dit…
je sais... et c'est bien pour ça qu'il peut y avoir "jeu"
personnellement j'aime mieux Gérome. Mais ça n'a rien à voir avec le texte que j'apprécie : j'aime bien les dialogues imaginaires.
Sylvie ... a dit…
@Philippe... pour du nu, c'est du nu chez Gérome (et pas C. Jérôme)... et particulièrement héroïque (peut-être pas dans le sens de nos deux peintres).
J'ai réussi à réconcilier le dessin et la couleur dans mon dialogue. D'ailleurs, que ne ferait-on pas devant un buffet.
C'est gentil que tu aimes.
Oui, enfin moi c'est surtout pour les gladiateurs, l'arène, la mort de Ney, et Napoléon en Égypte... ce genre de trucs quoi
Sylvie ... a dit…
certes..... suis-je bête.
:)
Hervé a dit…
Excellent... Pour ma part, indéfectiblement Delacroix et sa Liberté guidant le peuple...
Anonyme a dit…
bonsoir sylvie

un joyeux noël...
Sylvie ... a dit…
Joyeux Noël, Anonyme

Articles les plus consultés