espace-temps

C'était un peu comme le tout début du film Paris,Texas. Du rien. Des notes de blues-guitare qui s'égrennent en vibrant. La moiteur chaude qui remonte du sol. Sauf qui soufflait un vent à décorner des boeufs et des gouttes d'eau grosses comme des cerises qui frappaient le sol. Moi, avec un pauvre parapluie, sur une plate forme en ciment qui marquait un arrêt de bus invisible le long de la statale 92 "Saurina". La nature tout autour. Du rien. Froid. Guardia Perticara, Basilicate.

Commentaires

Bistroman a dit…
Mexicana frontera, año 1984. Travis émerge du désert des Mojaves après avoir disparu pendant quatre années. Son frère Walt (rien à avoir avec Disney), qui le croyait mort, a élevé son fils Hunter. Travis a tout oublié et va lentement reprendre possession de son passé et redécouvrir son fils. Il décide alors, en sa compagnie, de retrouver Jane, sa femme. Le seul problème pour Travis, c'est que Jane n'est "accessible" qu'à travers la vitre d'un peep-show. Désirant épargner son fils d'un spectacle aussi humiliant, Travis doit user de mille ruses pour parvenir à ses fins...
Sylvie ... a dit…
:D
mais je ne garde du film que ces premiers plans.... le reste de l'histoire, la mienne en particulier, est nettement mois tarabiscotée.
Sylvie ... a dit…
je ne dirai pas que tu casses l'ambiance. Non, je ne le dirai pas.
H a dit…
Mes pas m' ont porté chez toi... J' étais au bord des larmes sans doute... Tout s' entrechoque, mais il y a les vacances, les livres et la musique, cette enveloppe bleue qui protège et redonne envie... Bisous doux Sylvie.
carhi a dit…
Smouicks.....

Merci de ta présence......
ça vient doucement..... comme un nouveau chez soi....... ;0)

Articles les plus consultés